Office à Port-Royal

Ou Musiques pour religieuses au siècle de Louis XIV

Par la Société de Musique Ancienne de Nice

Avec la participation exceptionnelle de l’Ensemble Vocal féminin Les Dissonantes

 

 

PROVIDENCE

DURÉE : 1H15

TARIF : 8/10 EUROS

 

 Religieuse

 

samedi 29 avril, 20h30 - RÉSERVER

 

 

Au XVIIe siècle, en réaction aux progrès de la Réforme, le catholicisme connaît un élan nouveau et se «réforme» lui-même de l’intérieur. La croyance est plus profonde et s’extériorise dans des attitudes de piété, dans la fréquentation des lieux de culte.  La spiritualité s’exprime ainsi dans l’éloquence religieuse des œuvres musicales.

Au cours des années 1680, le couvent de l’Abbaye-aux-Bois ou Port Royal de Paris commande plusieurs pièces à Marc-Antoine Charpentier. Placé sous la protection de la famille d’Orléans, ce couvent se consacre à l’éducation des jeunes filles de la très haute société et ne reçoit que des personnes de qualité, l’apprentissage des arts y tenant une place de choix. Parmi ses compositions, la messe dite «Pour le Port Royal», singulière et émouvante,  offre notamment un sublime et angélique Et incarnatus est.

Après les parties habituelles de l’ordinaire de la messe de Charpentier, comme dans un office, ce concert vous propose de découvrir d’autres maîtres parmi lesquels Pierre Menault et son sensuel Transfige Dulcissime Jesu ainsi que Guillaume-Gabriel Nivers qui écrivit beaucoup pour les Demoiselles de Saint Cyr, pensionnat pour jeunes filles de la noblesse pauvre, créé en 1684 par Louis XIV à la demande de Madame de Maintenon.

Œuvres de Charpentier, Campra, Nivers, Menault

Chant et direction : Claire Gouton | Viole de gambe : Sibylle Schuetz-Carrière

Clavecin et orgue : Michaëla Chétrite